Les anecdotes insolites des lieux historiques de votre région

Les lieux historiques de la région regorgent de secrets… Avec YEP’S, plongez dans les coulisses de ces lieux culturels, dont certains sont gratuits entièrement ou en partie avec la cagnotte culture. Profitez-en !

 

Recueillez-vous sur une sépulture originale au Domaine de Chaumont-sur-Loire

Maîtresse des lieux à partir de 1875, la princesse de Broglie adore les animaux. Pour conserver au plus près d’elle ses chiens, chats, ânes et autres singes après leur mort, elle leur fait construire leur propre cimetière à la place du cimetière du village. Pour réaliser les travaux, il a fallu exhumer des corps humains pour les enterrer dans le nouveau cimetière communal. Faites un détour pour rendre hommage aux animaux favoris de la princesse de Broglie et amusez-vous à lire les épitaphes élogieux sur les 18 tombes encore visibles.


Château de Chaumont-sur-loire © A. MacLean

Parcourez 800 ans d’histoire à l’Abbaye de Noirlac

Cette abbaye s’est d’abord appelée Maison-Dieu avant de prendre le nom de Noirlac. Construite à partir de 1150, elle a été occupée par des moines de l’ordre cistercien jusqu’à la Révolution française. Mais saurez-vous deviner à quoi l’édifice a ensuite servi ? Il a abrité une manufacture de porcelaine de 1822 à 1885. Pas du goût du célèbre écrivain Prosper Mérimée qui a visité le site en 1837 en tant qu’inspecteur des monuments historiques et a estimé que l’abbaye avait été défigurée ! Mais c’est bien une abbaye entièrement restaurée que vous pouvez visiter.

+ un accompagnant

 

Mêlez le passé et le futur au FRAC Centre Val de Loire

Le Fonds Régional d’Art Contemporain (FRAC) regorge de trésors dans ses collections. Mais avant de pousser la porte pour découvrir les expositions, attardez-vous sur l’architecture des bâtiments. Lieu de détention, hospice, entrepôt de l’armée, le bâtiment d’origine forme un U. Dans la cour, une extension composée de trois excroissances de verre et d’acier a été imaginé par les architectes Jakob + MacFarlane. Ces « Turbulences » interagissent avec l’environnement urbain grâce à une peau lumineuse de plusieurs centaines de diodes. Ne manquez pas ce mariage architectural audacieux entre passé et futur.

FRAC Centre-Val de Loire - Les Turbulences © Jakob + MacFarlane

+ un accompagnant

 

Visitez le site d’après batailles à La Tour Blanche

Érigée à la demande de Richard Cœur de Lion en 1195, la Tour Blanche a été le théâtre de luttes sanglantes entre les Plantagenêts du royaume d’Angleterre et les Capétiens du royaume de France. Ce donjon de 27 mètres sera finalement rattaché à la France en 1200 d’une bien curieuse manière. Figurez-vous que le fief d’Issoudun où s’élève la Tour Blanche faisait partie de la dot de Blanche de Castille pour son mariage avec Louis VIII.

+r trois accompagnants

 

Devenez explorateur au Musée des Beaux-Arts et d’Histoire naturelle de Châteaudun

Le musée des Beaux-Arts et d’Histoire naturelle réunit différentes collections qui font toute sa richesse. Cet éclectisme prend la forme d’une visite où vous pourrez voir 3 000 oiseaux et mammifères naturalisés, des momies égyptiennes, des tableaux de peintres locaux, une reconstitution de la résistance de Châteaudun face aux Prussiens, ou encore un fonds oriental comprenant de la porcelaine, des armes blanches, des masques de théâtre, des bijoux et des œuvres d’art islamiques. Partez pour un voyage à travers le temps et les continents !

+ un accompagnant

 

Livrez bataille ou votre cœur à la Cité Royale de Loches

Nostalgiques de Game of Thrones ? Passez par la Cité Royale de Loches. Ce château médiéval avec son donjon de 37 mètres, typique de l’architecture militaire du 11e siècle, ne passe pas inaperçu dans une région plus habituée aux châteaux de la Renaissance. Ce logis royal datant de la fin du Moyen-Age a accueilli Jeanne d’Arc, Anne de Bretagne, Louis XI… Si vous avez plutôt l’âme d’un romantique, attardez-vous sur les amours du roi Charles VII et de sa favorite Agnès Sorel dont le château de Loches a été un témoin privilégié.

Cité royale de Loches © Stevens Frémont

(château, donjon, HistoPad inclus) et un tarif réduit pour un accompagnant

 

Perdez la tête au château d’Amboise

Palais des rois de France à la Renaissance, le château d’Amboise est connu pour avoir été la dernière demeure du génial Léonard de Vinci. L’édifice abrite d’ailleurs la sépulture du maître italien dont on commémore cette année les 500 ans de la mort. Un autre illustre personnage est mort, bêtement, à Amboise. Jugez plutôt. Le roi Charles VIII, qui est né et a passé toute son enfance au château, a péri accidentellement en se cognant la tête contre le linteau d’une porte. Le monarque s’apprêtait à participer à une partie de jeu de paume, mais distrait il a perdu la tête…

Château d'Amboise

 

Apprenez l’adage « Bien mal acquis ne profite jamais » au château d'Azay-le-Rideau

Détournements, malversations, appât du gain… ne sont pas l’apanage de notre temps, mais sévissent depuis des siècles. Pour preuve, découvrez la face sombre du château d’Azay-le-Rideau construit par Gilles Berthelot, trésorier de François Ier. Soupçonné par le roi d’avoir détourné de l’argent et de s’être enrichi au détriment de la couronne, Gilles Berthelot doit fuir suite aux révélations de malversations. Préférant abandonner son épouse et son château plutôt que d’être guillotiné, il mourra deux ans plus tard à Cambrai.

 

Allumez le feu au château de Chambord

Symbole de sa puissance, François Ier ne se lassait pas de faire admirer son bijou d’architecture aux souverains et ambassadeurs des autres royaumes. Un brin mégalo vous trouvez ? Peut-être, mais à juste titre. Le château abrite le fameux escalier à doubles révolutions, inspiré par Léonard de Vinci, et on y dénombrait 365 cheminées, soit une par jour… sauf bien sûr les années bissextiles. Heureusement, le bûcheron n’avait pas loin à aller pour trouver du bois. Chambord est le plus grand parc clos de murs d’Europe avec une superficie de plus de 5 000 hectares, équivalente à Paris intramuros.

 

Vibrez avec un conte de fée au château de Rigny-Ussé

Charles Perrault s’est inspiré du château de Rigny-Ussé pour La Belle au Bois Dormant. Vous pouvez revivre l’histoire de la princesse Aurore dans des pièces spécialement décorées tout au long du chemin de ronde. Des mises en scènes reproduisent les principaux thèmes du conte avec le baptême de la jeune princesse entourée de ses marraines et de la terrible Carabosse, la découverte funeste du rouet où la princesse se pique le doigt, le réveil de la princesse grâce au baiser du prince…

 

Découvrez la luxueuse cabane de chantier du château de Villesavin

Fait prisonnier durant la bataille de Pavie et enfermé dans la même forteresse que François Ier, Jean le Breton est nommé gouverneur des travaux de Chambord lorsque les deux hommes reviennent en France. Sa mission : relancer le chantier interrompu à cause des guerres d’Italie. Pour permettre à Jean le Breton de superviser l’avancée des travaux, le roi lui offre aussi les terres de Villesavin, à 9 km de Chambord. Ce sont des ouvriers et artisans de Chambord qui construiront le château de Villesavin entre 1527 et 1537. Aujourd’hui encore, le surnom « La Cabane de chantier de Chambord » perdure. On en veut bien d’une cabane de chantier comme celle-là, pas vous ?

 

Marchez dans les pas de Tintin et d’Haddock au château de Cheverny

Un air de déjà-vu ? Normal si vous êtes tintinophile. Hergé a pris modèle sur le château de Cheverny pour créer le château de Moulinsart. L’auteur de bande dessinée belge n’est pourtant jamais venu à Cheverny. C’est en lisant une brochure touristique qu’il a découvert le château. Mille milliards de mille sabords, il est gonflé Hergé ! Allez on lui pardonne et on plonge dans l’univers et les aventures de Tintin et du capitaine Haddock avec l’exposition permanente sur 700 m2.

 

Revivez l’histoire récente au château de Chenonceau

Savez-vous que ce château de la Renaissance a continué à écrire son histoire et sa légende à l’époque contemporaine ? Pendant la première guerre mondiale, il a été aménagé en hôpital militaire et a soigné plus de 2 250 blessés. Lors de la seconde guerre mondiale, l’édifice est « coupé en deux » car il chevauche la ligne de démarcation avec un côté en zone occupée et un côté en zone libre. Avec l’aide de la famille Menier, propriétaire des lieux depuis 1913, la Résistance parvient à faire passer en zone libre ceux qui fuient les Nazis. C’est sans doute pour saluer cette bravoure que le président américain Harry Truman choisit le château comme lieu de sa première visite en France.

 

Envie d’encore plus de découverte et de culture ? Vous pouvez consulter la liste interactive des monuments nationaux gratuits pour les -26 ans près de chez vous sur le site : www.jeunes.gouv.fr/interministeriel/loisirs/culture/article/gratuite-des-musees-des-26-ans (nouvelle fenêtre)

Derniers articles