Pourquoi faut-il boycotter la fast fashion ?

Le temps de lire ces lignes, trois bennes de vêtements auront été jetées dans le monde… Et si pour inverser la tendance, nous donnions une seconde vie aux vêtements ? Direction les friperies de la région pour vendre nos fringues endormies au fond des placards et s’habiller avec des vêtements déjà portés. Le Conseil Régional de la Jeunesse fait le point sur l’épineuse question de la fast fashion et esquisse des solutions pour se vêtir responsable.


« Je crois qu’on pourrait habiller huit fois la population mondiale avec tous les vêtements déjà créés ». La gérante de la friperie Twice Upon A Time illustre parfaitement le phénomène de surconsommation dans le prêt-à-porter. Une tendance renforcée par le déferlement de la fast fashion. L’heure est à la prise de conscience !

Fast fashion : plus vite, très souvent, pas cher

La fast fashion désigne les industriels du vêtement qui :

  • font fabriquer à bas coût leur collection dans des usines textiles à l’autre bout du monde,
  • proposent très régulièrement des nouveaux produits, de piètre qualité mais vendus pas cher.

Le modèle de la fast fashion pose de sérieux problèmes écologiques, humains, éthiques :

  • les vêtements font des milliers de kilomètres depuis l’Asie jusqu’aux marchés européens et génèrent une pollution importante,
  • les vêtements ont une durée de vie très courte à cause de matières premières bas de gamme, de coupes mal ajustées, de finitions bâclées…,
  • les ouvriers, parfois mineurs, travaillent dans des conditions indignes, sont exposés à des substances nocives pour leur santé, sont très mal payés, ont des cadences de travail infernales… Savez-vous d’ailleurs que ces usines sont surnommées les ateliers de misère ?

Indirectement, en achetant les nouvelles collections proposées toutes les semaines par les grandes enseignes de prêt-à-porter, nous cautionnons ces pratiques déplorables pour les populations locales et désastreuses pour la planète.

Sandrine Besnard, gérante de la friperie Twice Upon A Time à Tours, résume parfaitement les pièges de la fast fashion : « Le consommateur qui voit un jean à 8€ se dit j’achète sans se poser de questions. Alors qu’on pourrait habiller 8 fois la population mondiale avec les vêtements existants ».  

Il est donc temps de nous interroger sur notre consommation et de dire stop à la fast fashion et à ses impacts environnementaux et sociaux catastrophiques.

Comment mieux penser nos achats de vêtement ?

Un Français achète en moyenne 9kg de vêtements par an et utilise seulement 30 % de sa garde-robe. Un vêtement est donc porté 7 à 10 fois. De quoi douter sérieusement de son utilité. 

Pour éviter les achats d’impulsion, il suffit de se poser quelques questions :

  • Est-ce que j’ai vraiment besoin de ce vêtement ?
  • À quelle occasion vais-je le porter ? 
  • S’accorde-t-il avec les autres vêtements de ma garde-robe ?
  • N’ai-je pas déjà un vêtement presque identique ? N’y-a-t-il pas un risque de doublon ?
  • Est-ce que je suis tenté car c’est un petit prix ?
  • Est-ce que ce vêtement est de qualité et confortable ?

En fonction de vos réponses, vous saurez si cet achat est nécessaire ou s’il s’apparente plus à un caprice. Un bon conseil supplémentaire : patientez 2-3 jours pour voir si vous avez toujours envie d’acheter ce vêtement. Il y a de fortes chances que vous n’y pensiez déjà plus.

Les friperies, un concept en plein essor, pour inverser la tendance

Les friperies proposent un modèle vertueux en rachetant pour revendre des vêtements et des accessoires de seconde main. Rien de neuf, que des choses déjà portées, en bon état et à bon prix.

Grâce aux friperies, vous pouvez donner une nouvelle vie aux vêtements que vous ne portez plus, mais aussi trouver le blouson ou le jean dont vous avez besoin. Si vous avez l’œil, vous dénicherez même de très belles pièces pour vous composer un look unique et affirmer votre personnalité. 

Les friperies se développent en Centre-Val de Loire, alors direction : 

  • Loup Ange à Orléans : pour rhabiller toute la famille dans une ambiance détendue,
  • La friperie à Vierzon : pour le bon goût et le sourire de la patronne,
  • Les Sœurs Piqûre à Blois : pour les pièces uniques upcyclées,
  • Oph’ripes à Bourges : pour refaire la garde-robe des enfants,
  • Twice Upon A Time Bon Chic Bon Cœur (https://www.bonchicboncoeur.fr/nos-boutiques-solidaires-m79134.htm) et
  • Once Again : pour shopper quand on veut dans ces friperies en ligne.

Pour aller plus loin 

Découvrez le témoignage de Sandrine
 

Derniers articles

Ressources

Fil d'actualités

Ajouter un partenaire

1. Structure

2. Réprésentant légal

3. Convention

4. IBAN

* champ obligatoire
* champ obligatoire
* champ obligatoire
FR
* champ obligatoire

Ajouter une personne

1. Personne

Ajouter une entreprise

1. Structure

2. Réprésentant légal

* champ obligatoire
* champ obligatoire