Addictions et dépendances

Qu’est-ce que la dépendance ? 

On devient dépendant au fil de la vie et des expériences. On essaie une substance (alcool, tabac, drogue) ou une pratique (vidéos porno, jeux vidéo, binge-drinking) par plaisir et au fur et à mesure on éprouve le besoin d’y revenir, de plus en plus, plus souvent. Le plaisir se transforme alors en obsession. On tombe dans la dépendance, on ne parvient plus à se contrôler.

Si vous craignez d’être dépendant à une substance ou une pratique, faites-vous aider par un spécialiste, dans un centre d’addictologie par exemple.

Un sevrage dure, suivant les personnes, de quelques semaines à quelques mois. Des médicaments peuvent être délivrés. Il peut être recommandé un suivi psychologique (thérapie de groupe, TCC thérapie comportementale et cognitive) pour éviter de replonger et stabiliser l’abstinence.

Restez entouré et développez d’autres sources de plaisir (sport, activité artistique…) !

Pour vous aider :

 

Dépendances à l’alcool, au tabac et à la drogue

40 % des 18-25 ans consomment de l’alcool toutes les semaines. Synonyme de convivialité et de fête, désinhibition, sensation de détente, plaisir, euphorie !... Mais au-delà de la consommation de 2 à 3 verres par jour, l’alcool provoque de nombreux troubles et maladies. 

On devient alcoolique, lorsqu’on ne contrôle plus sa consommation. 

Posez-vous quelques questions : combien de verres d’alcool consommez-vous par jour ou par semaine ? En avez-vous besoin pour vous « sentir bien » ? Si vous n’en trouvez pas, cela vous rend-il anxieux ou irritable ? Augmentez-vous les doses au fur et à mesure de votre consommation pour obtenir les mêmes effets ? Au moindre doute, n’hésitez pas à vous faire aider.

Vous connaissez les risques liés au tabac et vous avez envie d’arrêter ? 

Après évaluation de votre dépendance au tabac, le médecin ou le tabacologue vous proposera des solutions personnalisées ainsi qu’un suivi. Renseignez-vous, dans certains cas, l’assurance-maladie peut prendre le remboursement de la consultation en charge. 

Les traitements par substituts nicotiniques (patchs, gommes, pastilles, inhalateurs…) sont remboursés lorsqu’ils sont prescrits par un médecin. Pour les 20 à 25 ans, les femmes enceintes et les bénéficiaires de la CMU complémentaire, le montant est de 150 € par personne et par année civile. Rapprochez-vous de votre mutuelle.

Quelle que soit sa forme, feuilles ou pâte, le cannabis est la drogue la plus consommée par les 15/25 ans. 42,2 % des jeunes de 17 ans disent avoir déjà expérimenté le cannabis. 30 % des 15-25 ans déclarent fumer tous les jours et 8 % des 18-25 ans fument régulièrement.

Au début, le cannabis procure une certaine euphorie, une sensation de bien-être, d’insouciance et de calme. Mais il peut également entrainer des malaises et des « bad trip ». Et surtout, une consommation régulière provoque des effets nocifs : difficultés de concentration, difficultés scolaires et isolement social, dépendance psychique… Décrochez et retrouvez la liberté !

Pour vous aider :

  • Alcooliques anonymes 09 69 39 40 20
  • Alcool Info Service : 0 980 980 930 (tous les jours de 8h à 2h).
  • Tabac Info Service : 3989 du lundi au samedi de 8h à 20h (0,15 euro/min depuis un poste fixe, hors surcoût éventuel de l’opérateur)
  • http://www.drogues-info-service.fr/ ou par téléphone : 0 800 23 13 13 (de 8h à 2h, gratuit depuis un poste fixe)
  • Fil Santé Jeunes, anonyme et gratuit : www.filsantejeunes.com (nouvelle fenêtre) ou 0 800 235 236
  • A.P.L.E.A.T (Association pour L'Ecoute L'Accueil en Addictologie Toxicomanies) Orléans : 02 38 42 22 01
  • Consultations jeunes consommateurs et dans les Centres de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA).
  • www.santepubliquefrance.fr (nouvelle fenêtre)

Pour en savoir plus sur l’alcool au volant : 

 

Addiction aux jeux vidéo ? 

L’OMS (l’organisation mondiale de la santé) a intégré dans sa classification mondiale des maladies le : « gaming disorder », « trouble du jeu vidéo ». Plus que d'addiction, les professionnels de santé préfèrent parler de « pratique excessive » lorsque les gamers s'adonnent trop à leur passion. 
Vous ratez des repas pour continuer à jouer ? Ne voyez plus vos amis ? Jouez au boulot ou au lieu de réviser vos examens ? Vous devenez irritable ? L’addiction s’installe… Si vous perdez le contrôle, faites-vous aider !

Pour vous aider :

  • A.P.L.E.A.T (Association pour L'Ecoute L'Accueil en Addictologie Toxicomanies) Orléans : 02 38 42 22 01
  • Fil Santé Jeunes, anonyme et gratuit : www.filsantejeunes.com ou 0 800 235 236
  • Consultations jeunes consommateurs et dans les Centres de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA).
  • Joueurs Info Service : www.joueursinfoservice.fr (nouvelle fenêtre) et au 09 74 75 13 13  de 8h à 2h, appel non surtaxé
  • www.santepubliquefrance.fr (nouvelle fenêtre)

Derniers articles

Ressources